La Santé

D’une maniĂšre gĂ©nĂ©rale, le systĂšme de santé regroupe diverses activitĂ©s et institutions. Diverses techniques et mĂ©thodes participent Ă  la prĂ©vention et Ă  la qualitĂ© des soins : un des principaux enjeux ».

z

Prévention

La prévention concerne la protection ou la promotion (positive) et adresse différentes population :

La prévention universelle : toute la population (ex. rÚgles sanitaires)

La prévention sélective : catégories (ex. femmes de +de 50 ans)

La prévention ciblée : sous-groupes (ex: femmes enceintes)

Organisation

Pour promouvoir, restaurer ou entretenir la santĂ©, son organisation repose sur le processus de dĂ©cision, des rĂšglementations, de la gestion et de l’encadrement, et une attention particuliĂšre Ă  la conception des systĂšmes.

La performance s’apprĂ©cie sur le plan de l’efficience, c’est-Ă -dire en rapportant les rĂ©sultats obtenus aux moyens engagĂ©s.

 

Soins & Qualité

La qualitĂ© des soins visent Ă  maximiser le bien-ĂȘtre des patients en tenant compte du rapport bĂ©nĂ©fices / risques pendant le parcours.

L’évaluation de la qualitĂ© des soins garantie au patient des diagnostiques et une thĂ©rapie lui assurant le meilleur rĂ©sultat en termes de santĂ© et au moindre risque pour sa plus
grande satisfaction.

La nécessaire qualité des soins

La mĂ©decine est la seule profession dont l’erreur n’est punie que par l’ignominie.

Hippocrate

Médecin et Philosophe, « pÚre de la médecine », La loi, I - IVe s. av. J.-C.

Compléments statistiques

Les erreurs de mĂ©dication en Suisse seraient responsables d’environ 7% des hospitalisations [14, 15]. Les facteurs prĂ©disposant Ă  ces erreurs sont l’ñge (<15 ans, >65 ans), la polymorbiditĂ© et la polymĂ©dication, un environnement professionnel du mĂ©decin dĂ©favorable, et le manque de lisibilitĂ© de l’ordonnance et d’accĂšs aux documents de rĂ©fĂ©rences

 

(Swiss Medical Forum, « Identification et gestion de l’erreur en mĂ©decine de premier recours » publiĂ© en 28.03.2018 se rĂ©fĂ©rant Ă  une Ă©tude de 2013)

Avant 2015, Entre 700 et 1700 personnes dĂ©cĂ©dait chaque annĂ©e en Suisse dans les services de soins stationnaires des suites d’une erreur. (…) Dans d’autres secteurs de soins aussi, les erreurs au cours des examens et des traitements coĂ»teraient la vie Ă  un nombre considĂ©rable de patients.

 

(PubliĂ© par la RTS, 14.09.2015 se rĂ©fĂ©rant au communiquĂ© de la Fondation SĂ©curitĂ© des patients Suisse : un centre de compĂ©tence national crĂ©Ă© par les offices fĂ©dĂ©raux de la santĂ© publique (OFSP) et des assurances sociales (OFAS), ainsi que par des associations professionnelles et l’AcadĂ©mie suisse des sciences mĂ©dicales.)

En 2015, le taux de fautes reconnues s’est Ă©levĂ© Ă  43,3%, contre 44,2% en 2014. Ce pourcentage est relativement stable depuis 2006: il oscille entre environ 35% et 50%.

Au nombre de 300, la majoritĂ© des erreurs ont Ă©tĂ© constatĂ©es en chirurgie, d’aprĂšs un tableau de rĂ©sultats par spĂ©cialitĂ© entre 1982 et 2015. Suit la chirurgie orthopĂ©dique, qui concerne 270 cas. La gynĂ©cologie et l’obstĂ©trique ont, elles, Ă©tĂ© impliquĂ©es dans 178 cas.

 

(Le Nouvelliste, 01.06.2016)

 

Les troubles cognitifs et les problÚmes de santé constituent un risque
de moins bonne qualité de vie et des soins
▶ Tendance Ă  une moins bonne Ă©valuation en cas de degrĂ© de
dĂ©pendance Ă©levĂ© et de troubles cognitifs ainsi qu’en cas d’état
de santé subjectif qui se dégrade
▶ Cela rend difficile
▶ la participation Ă  la vie sociale
▶ l’exercice de l’autonomie

 

(Conclusion de l’Etude Haute Ecole SpĂ©cialisĂ©es Bernoise, ConfĂ©rence SHURP 2016, Prof. Dr Sabine Hahn)

Une rĂ©cente Ă©tude* de l’UniversitĂ© et de la Haute Ă©cole de santĂ© de Fribourg montre comment les indicateurs sont intĂ©grĂ©s dans les processus de travail pour garantir la qualitĂ© des soins et des conditions de travail.

Indicateurs : AbsentĂ©isme, Formation, Taux de rotation, EnquĂȘte de satisfaction

(HR Today, Marc Benninger ‱ 26.07.2016)

En vertu de l’article 59a de la LAMal, les Ă©tablissements mĂ©dico-sociaux (EMS) sont
tenus de fournir aux autorités fédérales compétentes les données nécessaires à la
surveillance des indicateurs de qualité médicaux.

Six indicateurs de qualité portant sur quatre thÚmes différents sont utilisés: les mesures
limitant la liberté de mouvement (2 indicateurs de qualité), la malnutrition, la polymédication et la douleur (deux indicateurs de qualité).

 

(Extrait – Dr Franziska ZĂșñiga –  Institut des sciences infirmiĂšres, DĂ©partement de santĂ© publique, FacultĂ© de mĂ©decine, UniversitĂ© de BĂąle – © CURAVIVA Suisse, novembre 2018 )

La formation continue en santé
  • Principes et mĂ©thodes de la santĂ© publique
  • ÉpidĂ©miologie et Ă©tat de santĂ© de la population
  • Niveaux d’intervention en santĂ© publique et dĂ©terminants de l’Ă©tat de santĂ©
  • SantĂ© au travail et environnement
  • SecrĂ©tariat MĂ©dical

Organismes recommandés

Organismes conseillés dans cette thématique

PROQUALITASHEALTH est spécialiste de la sécurité des patients en milieu médical. Elle aide les institutions médicales à développer  leur modÚle de gestion des risques. (voir le site)

Personnes de référence

Les spécialistes conseillés dans cette discipline

Martha Schiller

Martha Schiller

Quality Health Specialist

Plus d'infos

 

 

Centres de formation

Formation Continue

Solutions RH

Solutions pour les ressources humaines

Spécialistes

Spécialistes et Formateurs